3 décembre 2020

Une saison à Courchevel, une Station d’Exception

Courchevel est aussi belle qu’elle est plurielle. Avec 6 villages perchés sur les hauteurs de la Tarentaise et au cœur des 3 Vallées, reliés et ouverts sur l’immensité du paradis blanc, Courchevel offre mille et une possibilités. La culture de l’excellence et l’attention portée aux détails en font, par une communauté de valeurs, le berceau idéal des Maisons K2 Collections.

Toutes les actualités

Lorsque le blanc manteau a couvert les sommets, la station aux 6 visages se transforme en véritable éden pour l’amateur de glisse comme pour l’amoureux des hivers à la montagne. Action ou contemplation, ici tout est permis. Depuis les années 30, la station développe son potentiel pour atteindre aujourd’hui l’excellence grâce à la diversité de son domaine, le plus grand du monde. 600km de pistes balisées, 105km² de terrain de jeu et 35 000 hectares de nature, les chiffres donnent le tournis, mais sont encore loin de révéler la beauté du lieu. À Courchevel, les panoramas sont étourdissants, les points de vue stupéfiants partout où le regard porte la beauté s’installe et puis il y a cette ambiance si particulière qui varie d’une altitude à l’autre pour des instants délicieux. En journée sur les pistes, aux pieds des Maisons K2 Collections, tout de suite le grand frisson ! Les pentes adaptées à tous les niveaux, le sommet de la Saulire à 2738m d’altitude, le ski détente ou engagé dans la piste noire du grand couloir, les départs vers les 3 Vallées et les terrasses des restaurants pour prendre du bon temps. En soirée ou lors des journées sans ski, ce sont les boutiques, les belles tables, les soirées festives et les illuminations qui prennent le relais.

Au départ des Maisons K2 Collections, équipés et chaussés au ski shop, l’aventure s’ouvre à vous. Et lorsque les pistes ferment, c’est bien au chaud, attablés devant un généreux goûter ou bien enveloppés des volutes parfumées du spa, que nous vous invitons à continuer de profiter des charmes de Courchevel.

Crédit Photo : Patrice Mestari